Un commentaire

  1. Oui, c’est toujours sympa, ce genre de paradoxe…
    Il me semble qu’en jouant sur la non-réciprocité de l’implication, certaines sont déjouables. Ex. : pour pinocchio, il faut admettre que mentir soit la seule cause de croissance du nez pour que le paradoxe en soit un ; en l’occurrence, on imagine mal le nez grandit pour une autre raison, donc c’est bon.

    Reply

Leave a Comment.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.