Why launching a startup after my MBA at IESE Business School?

Launching a startup is hard, but is at least as much intense and fun as studying an MBA. After two years going through the intensity of the MBA program, you’re ready to go on the next journey, the entrepreneurial one !

machine-learning

Pre-MBA / Pre-startup life

My background is in computer sciences engineering. I have been mainly working in tech before my MBA. During 7 years I have hopped from developer to software architect in different companies and different industries. I was clearly taking the career path of a IT technical expert.

During that period I realized to what extent IT is something that everyone wants but only few are the ones that are really good at it. Nowadays, coding schools are popping out because there is such a need. Also I realized that many people have startup ideas, but from all the ideas that people have, only few end up really being implemented for lots of good reasons (no time, no skills, no team, no money, …). Then I thought, but why am I not moving forward with a couple of ideas? In the end, I’m the technical guy, I should be able to build them.

I quickly realized that, in order to launch a successful startup, it takes much more than just having the technical skills. Then I realized that an MBA would be the right path for me in order to learn the skills that I was missing and get the international exposure to grow big. In particular, the IESE Business School with its MBA was clearly standing out and offering much more than many other programs for general management and entrepreneurship.

MBA-Conundrum

The MBA atmosphere

In 2015 I enrolled in the IESE Business School MBA in Barcelona for an amazing jouney. During two years I got immersed in an extremely different environment than the one I had been confronted before. Switching from developer and engineer collegues to business men with so many different backgrounds and cultures. It has been for me a transformational experience in many ways, but primarily in the frame of mind. Actually I realized that my premise of requiring technical skills to launch a startup was wrong… you actually need much more skills: business, finance, management, HR, … and actually every entrepreneur is lacking at least a couple of them. What you really need is the passion, the capacity to learn fast and more importantly, to gather the right people around you.

During the second year of the MBA I saw a lot of different companies coming on campus to recruit. They all seemed really nice with very competitive salaries and interesting jobs … but also very intense recruitement processes because lots of students want those jobs. At some point I really questioned myself about the path I was taking. Is it really reasonable to try the startup path after an MBA while so many great offers will probably never seem so close? Yes clearly, it takes a lot of motivation not to apply and stay aligned with your objective when you have all this FOMO around.

startup-creation

I felt that there was something missing in all those jobs. It felt like I would have to report to other people, have a determined career path and so many constraints I didn’t want to go for right away. Moreover, one of my main motivation is to have ownership on the impact that I have on people, profit and planet… how can I have ownership if my boss and my boss’s boss are actually telling me that this is what I should do. How can I stay creative and decide myself the path to take?

Something very big is happening in the world this decade, so many things are changing very fast. When you’re stuck in a job, you lose the agility to react to those changes and adapt. I feel that so many big companies are continuing business as usual because it’s the only thing they know… and the few employees that want to instill a change often struggle to get their voice to the decision power. I also feel that coming from a top business school, we also have the responsibility to give back what have receive in the form of impact, this is why launching a startup felt right for me at this moment.

Stylicist-logo

Launching my startup: Stylicist S.L.

So my co-founder, Manish Jindal, and me just spent the summer working hard on the first release of our product. Stylicist was registered to the tax authorities a few weeks ago and we’re now a few days before the launch of our beta-release. Don’t hesitate to join asap if you want to follow us.

We believe that the fashion industry is stuck in a state of mind of consumption. So much marketing is spent on making you buy more and more… when does it stops? We feel that the system is broken. At every corner you hear about climate change, pollution and green initiative. Meanwhile in fashion, we’re still stuck in the good old way of doing stuff: purchase – use – dispose! We all know that the « use » part is often not to the whole capacity of usage of the piece of fashion.

Stylicist-app

Therefor we decided to implement the circular economy in this value chain and explore where we could improve. It felt immediately right to extend the lifetime of a piece of clothing, but also to guarantee it’s disposal in the right way. Thus we decided to assist the final user in the management of their wardrobe in order to optimize and make the best use of their closet during the complete lifetime of the items.

Now we’re all set and launching soon !! Follow us to know more about Stylicist:

Au revoir papa

Puis j’ai grandi … je me suis mis à construire des cabanes et à partir à la chasse dans les bois avec ma fronde et mon arc à flèche en bois de noyer. C’est toi qui m’a fait découvrir qu’en se levant à l’aurore on avait beaucoup plus de chances de voir du gibier. Parfois tu t’es même levé à 5h du matin pour qu’on aille ensemble en forêt, et moi je préférais rester dans mon lit. C’est toi qui m’a donné cette passion pour les cabanes, lorsqu’après avoir regardé un film de trappeur (David Crockett) tu m’as construit une cabane du même style avec l’aide de Jean-Charles, mon frère ainé. Tu m’as aussi apris à voir quels étaient les arbres morts qu’on pouvait couper pour construire notre cabane. Tu nous expliquait comment manier la hache et la scie pour pas qu’on se blesse (on n’avait que 12 ans). Tu nous as d’ailleurs plusieurs fois surpris avec tes outils dans le fond du jardin en train de couper des plantes qui étaient sensées rester debout.

A l’âge de rentrer au collège tu m’as poussé vers ma prise d’indépendance. J’étais en internat et je devais me débrouiller. Vous n’étiez plus là pour me dire ce que je devais faire. Tu m’as fait confiance et tu m’as encouragé. Tu m’as inscrit dans un mouvement de jeunesse qui faisait de la montagne car tu voulais que je puisse découvrir la haute montagne comme tu l’avais découverte dans ta jeunesse. Au début tu avais un peu peur, tu m’as demandé de te prouver que j’étais compétent avant de me laisser partir seul faire de l’escalade avec mes copains. Je me souviens encore des démonstrations que je t’ai faites dans la cage d’escalier de la maison. Tu as toujours cru en moi et tu m’as fait confiance. Cette confiance vallait beaucoup à mes yeux et pour rien au monde je ne l’aurait trahi… c’est donc souvent grâce à ta confiance que tu m’as empêché de faire des bêtises.

C’est aussi à cet âge là que je me suis mis à l’informatique. Tu avais acheté ton premier ordinateur avec un windows 95. J’avais entendu parler de Linux. On m’avait expliqué que c’était un truc de hacker… j’avais donc à peine 13 ans quand j’ai acheté linux avec mon argent de poche (à l’époque c’était un peu compliqué de télécharger 6 CD d’installation avec un modem 32 K) pour l’installer avec toi sur ton ordinateur. On a apris beaucoup de choses ensemble. Tu as d’ailleurs eu beaucoup de patience pour réparer les erreurs que je faisais sur ton ordi … puis sur mon ordi. On a beaucoup discuté de la philosophie de linux et des logiciels libres que tu trouvais bonne.

Pour toi qui avait vécu une enfance à bricoler des radios pendant la guerre, tu retrouvais cette joie que j’avais de bricoler des ordinateurs. Tu as eu le courage de te remettre à jour sans cesse. Pas seulement d’un point de vue technologique, mais aussi dans ton éducation. Tu as pris le temps de rencontrer les parents de mes amis pour ne pas être trop vieux jeu dans ton éducation et t’adapter aux méthodes plus récentes. Même si tu étais de l’ancienne génération, avant mai 68, tu as du tenir face à ma crise d’adolescance qui était fort différente de celle de mes ainés une dizaines d’années plus tôt.

Une fois que je suis rentré à l’université pour me lancer dans les études d’ingénieur tu ne m’as plus fait de reproches. Pour toi, il était temps que je prenne mon envol et que je devienne adulte en apprenant par mes erreurs. Tu avais 100% confiance, mais en plus tu étais fier de moi. J’étais ton 4ième fils, le 4ième ingénieur de la famille. Même si je n’excellait pas en chimie (j’ai essayé d’expliquer à mes professeurs que ça n’était pas héréditaire), tu as toujours cru en moi. Je me souviens aussi de ta disponibilité. Quoiqu’il arrive, tu étais toujours là quand j’avais besoin de quelque chose. Tu n’étais plus seulement mon père, tu étais aussi mon ami fidèle sur qui je pouvais compter. Je t’ai vite dépassé en informatique et tu te faisais petit face à moi en faisant mes éloges aux gens que tu rencontrais.

Quand j’ai ouvert ce blog, tu étais mon premier lecteur. Tu étais acroc, à tel point que j’ai hésité à faire un deuxième blog pour pouvoir y écrire des choses que tu ne lirais pas… j’étais gêné que tu m’admires tant. Ceci dit, ça nous a permis de partager sur beaucoup de sujets, lancés sur ce blog, et poursuivi un dimanche midi à table en famille.

Aujourd’hui c’est à toi que je veux dédier cet article. Même si j’ai pu te dire au revoir ces derniers jours, il me faudra encore un peu de temps pour bien accepter ton départ pour l’au delà. Merci de m’avoir transmis tes valeurs et tes passions. Merci d’avoir été un père génial, malgré ton âge. Je n’ai peut-être pas connu mes grands-parents, mais j’ai eu la chance d’avoir un père qui a été les deux à la fois.

Merci ! Et bon voyage

Des nouvelles couleurs sur le blog

Comme vous pouvez le voir, ce blog a été un peu remis à neuf. Le thème a été mis à jour et des nouvelles couleurs ont fait leur apparition. L’objectif est de redonner un peu de vie à ce « vieux » blog qui a déjà bien vécu (depuis début 2006). Je ne l’ai plus fort mis à jour depuis longtemps, mais j’ai bien l’intention de le reprendre progressivement pour vous y partager mes aventures quotidiennes et autres états d’humeur.

D’autre part, et dans la foulée j’en profite pour prendre la grande décision de ne plus aller sur facebook … il était temps … cette saloperie qui bouffe mes droits fondamentaux de vie privée. En effet, ça fait déjà un certain temps que je n’y met quasi plus les pieds. Quand j’y vais c’est juste pour répondre aux quelques invitations qui passent encore par là.

Voici en quelques mots les nouveautés et mises à jours que j’ai pu faire :

  • Mise à jour des couleurs
  • Mise à jour du moteur de ce blog avec dotclear 2.4 !
  • Mise à jour de la racine du site http://www.theclimber.be
  • Mise en place d’un site de photos ici http://photos.theclimber.be grace au logiciel Piwigo (eh oui, je dé-facebooke et je dé-google aussi un peu en passant en quittant picasa)
  • Pour remplacer google-doc j’ai mis en place une instance OwnCloud qui marche plutôt bien 🙂

En gros, tout en me libérant de Facebook, je gagne aussi en autonomie par rapport à Google. Il ne me reste plus que quelques petit détails qui seront plus compliqués à changer et que je garde pour plus tard :

  • Virer gmail?
  • Ne plus utiliser google comme moteur de recherche?
  • Virer gtalk?

En effet, depuis que j’utilise Android pour mon téléphone, je suis malgré tout assez dépendant de ces services… on verra avec le temps les solutions qui existent ou qui apparaitront.

Mais c’est déjà un grand pas de se sentir un peu plus autonome.

Retour en montagne et remise à niveau de tout

Ca commençait à faire longtemps que je n’avais plus mis les pieds dans les Alpes. En effet, le dernier grand voyage c’était la Mongolie, en 2008 c’était la Bolivie, en 2007 c’était le Kirghizistan et ma dernière expé dans le Alpes datait de 2006 ! Et encore, j’étais parti seul une bonne partie du temps et je n’ai pas fait beaucoup de haute montagne cette année là. Donc il faudrait presque encore remonter une année de plus en arrière avec mon stage d’initiation à l’Alpinisme.

Ca m’a manqué, ça c’est un fait clair. Je retrouve ces montagnes des Hautes Alpes avec presque le sentiment de les avoir oubliées. Et ce n’est que petit à petit que je retrouve mes marques. Mais ça fait plaisir de se promener, de se faire envouter par ces vues de malade et d’essayer de reconnaitre tant bien que mal ces différents sommets avec lesquels j’ai un souvenir ou une anecdote qui traine quelque part dans ma mémoire !

Ce soir je suis à Monétiers les bains ! C’est ici que mon expérience du Parc National des Ecrins a commencé, lorsque j’avais 12 ans, avec un camp Passeport. C’était la bonne époque ! Je me souviendrais toujours de ce camp de jeunes accompagné d’Yvan de Maere. Une belle tentative pour mon premier 4000 : le dôme des Ecrins, que je n’ai malheureusement pas pu faire cette année là suite à un problème dans ma cordée.

Au delà de ça, ce voyage en montagne me permet aussi de prendre un peu de recul. De réfléchir à mon avenir et de remettre les pendules à l’heure. Quel est réellement mon souhait pour les prochains mois / années et comment vais-je faire mes choix pour arriver là où je vise. Encore faudrait-il décider où je vise. Mais mes réflexions avancent.

Sur le plan professionnel une chose est certaine, j’en ai vraiment marre de ne pas travailler ! J’ai des fourmis dans les jambes à l’idée d’encore devoir chercher pour trouver! Je voudrais commencer au plus tôt (ce qui est plutôt bon signe)

A coté de ça je réalise aussi à quel point il faut que je prenne mes distances par rapport à tous les divers engagements que j’ai pris ces derniers temps et dont je souhaite petit à petit me désengager totalement ! Le Planet-Libre d’abord qui me prend énormément de temps, puis le site de CapExpé, le développement du Bilboplanet, Mountain Wilderness, et tous ceux qui ne sont pas suffisamment bouffeur de temps pour que j’oublie de les citer. Bref, j’ai vraiment besoin de lâcher du lest de ce coté là pour me concentrer sur ma propre personne si je veux pas finir par m’oublier totalement ! C’est bien de rendre service, mais y’a un moment où il faut penser à soi … et ce moment est venu !
Ca va être dur au début car il n’y a rien à faire, je me suis, au fil du temps, rendu indispensable pour certaines choses. Ce qui rend mon souhait de départ d’autant plus difficile à organiser. Mais voilà, c’est important pour moi.

Ce retour en montagne me fait aussi réfléchir à quel point j’ai besoin de spiritualité. Je disait toujours à l’époque que mon église à moi c’était la montagne et ces moments de solitude et de silence qu’on peut vivre en parfaite harmonie avec la nature dans ces hautes sphères. Je me rend compte à quel point ces derniers temps j’ai oublié de prendre le temps de me retrouver face à moi-même dans ces beaux endroits. J’en ai besoin et c’est aussi ça qui me donne du courage dans la vie. On oublie vite sa vie spirituelle lorsqu’on vit chez soi dans son petit train-train quotidien, mais c’est lorsqu’on en sort qu’on réalise à quel point ça nous manque.

Quoiqu’il en soit, je ne suis qu’au début de mon séjour en montagne. J’ai pas mal de projets :

  • Jeudi (demain) : grande journée de rando vers le col des Cerces
  • Vendredi : journée d’escalade avec Guillaume
  • Samedi – Lundi : Montée en refuge et course de haute montagne (on n’a pas encore décidé vers où on se dirigera)
  • Mardi : Encore une journée d’escalade avec Guillaume
  • Mercredi : à adapter en fonction des envies … je ne serais plus avec Guillaume, donc on verra bien
  • Jeudi – vendredi : retour vers la Belgique

Mais ce programme est très souple et risque fort de s’adapter en fonction de la météo. D’ailleurs je viens de regarder la météo pour ce weekend qui ne semble pas extraordinaire. On verra un peu comment on s’adapte … Bref, la montagne reste la montagne et quoi qu’on veuille planifier ! Il ne faut pas oublier que c’est elle qui décide au final !

De toute façon, ce soir j’ai trouvé un super endroit de squat au calme dans une belle prairie qui vient d’être fauchée. Je serais tranquille pour me cuisiner un bon petit repas.

Bonne soirée à tous ceux qui sont en Belgique 🙂

PS : dur de se remettre en question ! Mais heureux d’avancer et de me voir à nouveau gagner de la confiance en moi

Un pingouin qui a vu la mort de près

Un pingouin inlassablement poursuivi par des orques (jeu ou danger ?) et qui vient trouver refuge sur le zodiac des hommes ! Belle métaphore non ?! En tout cas la vidéo est assez impressionnante et on imagine comment il a du flipper !!!



La vidéo au format OGG à télécharger (18 Mo)

Voici une vidéo trouvé sur youtube, elle a été filmée l’été dernier, par le chef de la station de recherche de Vernadsky en Antarctique.

PS : Au fait s’agit-il d’un pingouin ou d’un manchot ? Et de quelle famille exactement ? Y a-t-il des spécialistes dans la salle ?