Les plus belles choses ne sont pas toujours à l’autre bout de la terre

Notre société nous amène à voyager, découvrir le monde. On nous fait comprendre que pour s’émerveiller il faut aller voir les pyramides d’Egypte et les temples bouddhistes de Lhassa. On nous vend de l’aventure en nous emmenant dans le désert du Sahara, entre les volcans islandais et sur les sommets hymalayens.

Mais connait-on seulement ce qui se passe chez nous? Sait-on encore que tous les matins, l’areignée paufine sa toile sous la rosée, que le héron pêche son poisson… Est-ce qu’on prend encore le temps de l’admirer? Ce sont des petites choses, mais si on prend le temps d’observer et de regarder la nature, c’est là qu’on découvre sa richesse.

Voici une petite vidéo sur ce thème qui vaut vraiment le détour ! (Prix du public du festival Namur nature)


À Deux Pas… from Debouche Guillaume on Vimeo.

Vous aussi, partagez ce que vous vivez au quotidien à deux pas de chez vous. Montrez nous que tous les jours on peut encore s’émerveiller… sans devoir aller à l’autre bout du monde.

Ouvrir le champ des possibles

Notre société est de plus en plus dure et exigeante !
Il faut toujours plus, toujours plus vite.
Plus de quoi ? Pour qui ? Pour quoi faire ?
Noyés dans l’illusion de l’immédiateté et du factice, nous semblons incapables de nous raisonner, incapables d’assurer les conditions de la survie pour tous et à long terme.

L’espace montagnard n’échappe pas à la loi commune.
Là aussi rapidité et uniformité s’enracinent et se propagent. Les pressions d’équipement sont tenaces, multiformes, même si l’inévitable prise de conscience a eu lieu ; les bonnes intentions sont affichées : développement durable, valorisation du patrimoine naturel, agriculture bio, lutte contre le réchauffement climatique, économie solidaire, sauvegarde des cultures… Ces nouveaux objectifs semblent consensuels.

Et pourtant… Les mécanismes du passé, fondés sur l’exploitation toujours accrue des ressources d’un territoire pourtant limité, perdurent. Pire, ils menacent nos rêves, ils continuent à figer l’avenir de nos massifs, alors même que ceux-ci et les populations qui les façonnent ont besoin de nouvelles perspectives. Les projets de développement lourds, dignes du siècle passé s’enchaînent, s’accélèrent même, comme si de rien n’était. Le béton coule à flots, perpétuelles extensions des espaces aménagés au détriment de la haute montagne vierge ou des espaces dédiés à l’agriculture, course au gigantisme des stations…
L’histoire nous l’a pourtant appris : les modèles figés ne fonctionnent pas.

Mais qui décide? Et surtout, qui profite réellement, financièrement et humainement, de cette fuite en avant dans l’artificialisation de nos montagnes ?

Il est temps pour tous d’élargir le champ des possibles, de redéfinir la notion d’intérêt général. Nous avons tous besoin de quelques éléments essentiels pour vivre : de l’air, de l’eau, de l’espace. Il nous faut aussi du temps, du silence, de la sérénité, de la beauté pour continuer à penser, à imaginer, à rêver. Or la montagne est l’un des espaces les plus propices pour satisfaire ces besoins vitaux. Les montagnes sont depuis toujours une formidable richesse pour l’humanité.
Montagnes refuges, montagnes creusets, montagnes laboratoires, recèlent un potentiel de vie et d’inventivité sans cesse renouvelé.
Pour préparer leur avenir, celui de nos enfants, il nous faut reprendre le contrôle de son évolution. Il nous faut construire, ensemble, une nouvelle vision pour les espaces montagnards.

Ce défi lancé pour la montagne peut être gagné ! Le projet pour la montagne que nous avons à construire sera multiple, modulaire, évolutif, solidaire. Nous devons anticiper, ménager les espaces et favoriser les initiatives. Nous devons protéger les fondements de notre bien-être : d’une part les capacités humaines locales, individuelles ou collectives, à innover, à inventer, à entreprendre, et d’autre part les patrimoines, les paysages et toutes les ressources naturelles. Moins de capital machine, moins de spéculation financière, et plus de capital humain !

Le défi de la Belgique, être l’Europe de demain

Ce ne sont pas les débats politiques qui manquent aujourd’hui en Belgique. En effet, entre les politiciens qui font leur campagne, les journeaux qui partent dans tous les sens, le commun du mortel qui se pose plein de question, l’étranger qui nous prend pour des fous (à tort ou à raison). Bref, on ne s’y retrouve plus vraiment.

Et malgré tout, j’ai envie de vous partager aujourd’hui un texte que je trouve particulièrement bien visé sur le défi politique d’aujourd’hui en Belgique. Vous avez tous que je suis un Européen convaincu. Pour moi, l’Europe est une invention fabuleuse pour se découvrir mutuellement et permettre à tous ses habitants de vivre ensemble et de partager nos cultures.

Or, aujourd’hui, ce qui fait péter la Belgique c’est quoi? Eh oui, c’est bien un problème culturel. On ne parviens plus à s’entendre et à se comprendre. Un peu comme la tour de Babel. Mais il faut y voir une opportunité pour ré-inventer notre manière de voir les choses. Bruxelles et la Belgique a toujours été un carrefour entre les différentes cultures. Le défi de demain c’est de pouvoir montrer qu’il y a des solutions pour vivre ensemble malgré nos différences culturelles. La Belgique est le laboratoire de l’Europe. Et si demain nous parvenons à trouver une bonne manière de vivre ensemble, alors nous deviendrons un modèle de vie en communauté pour l’Europe d’après demain. Car l’Europe c’est la multiculturalité, c’est le respect des minaurités, c’est le partage et le dialogue…

Je pense qu’il est donc primordial de réfléchir à ces problèmes aujourd’hui. Je souhaite vraiment que les politiciens y réfléchissent et voient grand ! En effet, nous devons proposer des solutions génériques et adaptables à plus grande échelle. Ce n’est que dans des cas pareils qu’on pourra avancer.

Je n’en dis pas plus et je vous renvoie vers cet article paru dans la Libre Belgique le 21 mai 2010 : Etre belge, c’est avoir besoin de l’autre pour se définir

Un monde matérialiste

C’est en fouillant dans mes veilles notes que je suis tombé sur un extrait du livre « La montagne intérieure » écrit par Lionel Daudet. Un très bon livre qui raconte les différentes aventures et expéditions extraordinaires que l’auteur a eu la chance de faire au 4 coins du monde. Mais cet extrait m’avait particulièrement touché et je l’avais gardé à part sur un petit bout de papier.

Je me permet de vous le partager, tout simplement :

« Que voulez-vous que je fasse d’un monde sans idéal, ou le bonheur rime avec réussite sociale?
– Etudie et réussi, mon fils, tu seras heureux!
– Quel place me laissez-vous, dans ce monde où avoir et être se confondent?
– Gagne beaucoup d’argent, ma fille, tu seras comblée.
– Qui suis-je, dans ce monde où consommer est devenu bonheur?
– Consommez, mes amis, allez de plaisir en plaisir, et voyez comme la joie vous fuit, parce que toujours par nostalgie du passez vous vivez, atteignant un bref instant de grâce, replongeant, recherchant cette éphémère satisfaction, frustrés.
– Où allez-vous, tous, à courir ces couloirs sombres?
– Fuir n’est pas suivre sa route… »
Heureux soient-ils, ceux qui n’ont pas fermés les portes de l’innocence, qui ne sont pas murés dans les vicissitudes d’une vie à laquelle ils ne comprennent rien, si ce n’est que le bonheur leur échappe. Heureux soient-ils, ceux qui ont donné du large à leurs visions et à leurs pensées, du fond de leur coeur, du haut de leurs parois, où qu’elles soient, quelles qu’elles soient. Heureux soient-ils, ceux qui sont capables d’écouter le silence, de devenir silence. Et tout petit le peuple du Nord de danser la gigue jusqu’à l’étourdissement, sous la houlette du flûtiste dans l’ombre. Qui esquisse, j’en suis sûr, un sourire. Car le musicien est heureux, heureux et content de cette fête inattendue.

Beyond the moon, la face cachée de la lune !

Permettez-moi donc de vous présenter ce groupe qui monte. A sa tête un bon ami qui a un réel talent pour la musique et qui ira loin. Beyond the moon je les suis depuis longtemps et je suis heureux de les voir aujourd’hui sur Aka Music avec un certain succès (à savoir que la production n’a que été lancée il y a quelque jours).

Donc voilà un groupe qui ira loin selon moi ! Je vous encourage à miser sur eux et à les soutenir dans leur lancée !

Voici aussi une petite vidéo et quelques extraits pour vous faire l’orreille à ce groupe trop méconnu 😉


Et la musique c’est par ici :



N’hésitez pas à faire part de vos impressions 🙂

Les politiques ne comprennent rien

Je voulais partager avec vous ce superbe clip vidéo « 15 Feb. » filmé par mon cousin Seb qui a été sélectionné au Festival du Court-Métrage de Bruxelles dans la catégorie clip. Moi je le trouve vraiment bien et parlant (même s’il n’y a pas de paroles).

Ce clip a été tourné dans l’esprit d’une Belgique unitaire et où les gens peuvent très bien s’aimer et s’amuser ensemble quand on ne tiens pas compte de la politique… alors la politique as-t-elle vraiment perçu notre façon de fonctionner? N’est-elle pas un peu à coté de la plaque?



Marcus – 15 Feb. (Official Music Video) from Full Tunes Production on Vimeo.

La vidéo est téléchargeable ici en format ogv : 15feb.ogv

N’hésitez pas à donner votre avis sur le clip et sur la musique 😉

By the way, vous pouvez venir voir ce clip sur grand écran au Vendome parmi d’autres tout bons clips (dont celui d’Eve et Nico pour Hollywood Porn Stars, dont Seb était aussi le cameraman et c’est surement pour cela qu’il est sélectionné 😉 )

Ça se passe au Vendome le lundi 4 mai 2009 à 18h et le samedi 9 mai 2009 à 22h.

Quelques loix universelles qui régissent le monde

La loi de Pareto

Le Principe de Pareto illustre bien la dynamique où une majorité de contributions provient d’une minorité de participants, on connaît aussi cette règle sous le nom des 80/20, 80% des revenus sont générés par 20% des clients, 80% des contenus sont créés par 20% des personnes,…

Le paradoxe de la grenouille

Si tu plonges une grenouille dans l’eau bouillante, elle saute ou sursaute et s’en sort en s’échappant. Si tu la mets dans la même casserole avec de l’eau froide et que tu fais chauffer l’eau, la grenouille ne s’aperçoit pas que l’eau commence à chauffer et elle meurt cuite.
(…) on ne s’aperçoit pas qu’un truc va nous tuer car finalement tout va à peu près bien.

Le principe de Peter

théorie selon laquelle plus on monte les échelons professionnellement, plus on est incompétent

Variante :

Les entreprises affectent les incompétents là où ils feront le moins de dégâts : aux postes de direction.

La loi de Murphy (loi de la vexation universelle)

Si quelque chose peut se passer mal, alors ça se passera mal

Un corolaire de cette loi dit néanmoins ça pourrait se passer mal histoire d’être moins péssimiste

La théorie du bus

Quand on est à un arrêt de bus et que le bus n’arrive pas on n’ose pas partir car on à toujours espoirs qu’il arrive..

Principe du sandwich

Quand un ami d’un groupe d’ami fait la file pour s’acheter un sandwich, tous les autres font aussi la file mais n’achètent rien.

Principe du passage pieton

Quand quelqu’un decide de traverser tandis que le bonhomme et au rouge, un déclic se produit, certains le suive sans réfléchir, d’autres, moins con, vérifient avant que le bonhomme est bien vert.

Principe du pet qui pue

Plus un pet est silencieux, plus il sent fort proportionnellement au ratio des décibels soustrait… je crois que c’est vraiment expliqué scientifiquement.

Loi de Fraysse

Plus l’intérêt est grand plus le temps passe vite

La loi du moindre effort

Tout individu a une tendance naturelle à pratiquer d’abord les choses qui le motivent et lui font plaisir

Principe du cadeau de Noël

Peu importe le prix du cadeau que l’on achète à un enfant, c’est avec l’emballage qu’il voudra jouer.

Principe de l’objet perdu

Les objets se situent toujours au dernier endroit où on les cherche.

(Forcément vu qu’après on cherche plus ^^ )

La loi du plus fort

Quand une pierre tombe sur un oeuf, gare a l’oeuf! Quand un oeuf tombe sur la pierre, gare a l’oeuf !

La théorie de la pratique

En Théorie, rien ne fonctionne mais tout le monde sait pourquoi. En Pratique, tout fonctionne mais personne ne sait pourquoi.

Chat de Schrodinger

Si un chat est dans une boite et que quand on ouvre la boite ça tue le chat, alors le chat n’est ni mort ni vivant !

La loi de Newton

Quand une pomme tombe, gare à votre tête